Hypothèque conventionnelle

À jour en Juillet 2017

Écrit par les experts Ooreka

L'hypothèque conventionnelle est la forme d'hypothèque la plus répandue.

L'hypothèque conventionnelle basée sur une convention

Définition de l'hypothèque conventionnelle

L'hypothèque permet au débiteur (appelé constituant) de mettre en garantie un bien immobilier pour couvrir le risque de non paiement de sa dette à son créancier.

  • L'hypothèque conventionnelle est le résultat d'un contrat passé entre le constituant et son créancier ; contrairement à d'autres hypothèques fondées sur des obligations légales ou judiciaires, l'hypothèque conventionnelle résulte d'un accord entre les deux parties.
  • Le constituant conserve la propriété de son bien immobilier. Néanmoins, la valeur est réduite, du fait des obligations qui pèsent sur le bien.

La convention d'hypothèque est un acte signé devant notaire

Pour garantir le libre consentement des parties, l'hypothèque conventionnelle doit nécessairement avoir recours à un acte notarié. Le notaire a un devoir d'information et de conseil très important.

En effet, le débiteur doit être conscient de la menace d'expulsion qui pèse sur lui en cas de non paiement de sa dette.

La convention hypothécaire est un contrat signé par le débiteur et le créancier devant notaire. Ce contrat indique obligatoirement :

  • la nature du bien immobilier,
  • le montant de la somme garantie (capital et intérêts),
  • le délai de remboursement de la dette.

Comment ça marche cette hypothèque ?

Les droits et obligations du constituant et du créancier

Débiteur Créancier
Le constituant est nécessairement
  • propriétaire du bien immobilier,
  • ou en avoir l'usufruit.
Le créancier jouit de deux droits fondamentaux :
  • le droit de préférence (par rapport à d'autres créanciers),
  • le droit de suite (il exerce son droit sur le bien, même en cas de transfert de propriété).
S'il est marié, il ne peut consentir l'hypothèque sur le domicile familial sans l'accord de son conjoint. En cas de défaillance du débiteur, il peut faire vendre le bien aux enchères publiques.
  • Le débiteur doit être capable et disposer de son bien.
  • Il doit en assurer la conservation.
En cas de remboursement de la dette, le créancier doit procéder à une mainlevée sur l'hypothèque.

L'obligation de publicité foncière de l'hypothèque conventionnelle

Le créancier doit demander l'inscription de l'hypothèque au bureau des hypothèques.

Sans cette publicité, il ne peut revendiquer son droit face aux tiers.

La réalisation de l'hypothèque conventionnelle en cas de défaillance

En cas de défaillance du débiteur,
le créancier hypothécaire dispose de deux choix
Saisir l'immeuble Le créancier peut demander la saisie immobilière du bien hypothéqué. La saisie entraîne une vente forcée de l'immeuble. Le bien est vendu aux enchères publiques.
Se faire attribuer l'immeuble Le créancier peut demander à la justice que l'immeuble lui demeure en paiement.

À savoir : l'attribution de l'immeuble est impossible s'il constitue la résidence principale du débiteur.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
CO
christian odaert

retraité du secteur bancaire

Expert

léa r.

notaire stagiaire

Expert

JP
jean luc pellerin

agent immobilier | era montgeron

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !